La rencontre s'est tenue lundi 14 février 2022, le compte rendu est produit par le Collectif anti-nuisances.

La municipalité était représentée par  Messieurs Hervé, Cotte, Sagkan,  Girardy, Lanneau et Madame Barthelot. Pour le Collectif: Madame Kasparian, Messieurs Redon, Pierronnet, Vernet, Fauvel, Boucher, Boileau.

Après un rappel des démarches entreprises par le Collectif et du travail de M. Fauvel et de M. Redon, le dossier complet a été remis à la municipalité pour appuyer et défendre nos propositions, sachant que, pour l'instant, malgré toutes ces tentatives de discussion, la SGP continue sur sa lancée.

Ainsi des lettres d'expropriations sont arrivées. Il y a urgence.

Nous sommes présents ce soir pour demander un soutien actif.

Réponses de M. Hervé : 

 

1. Concernant les expropriations

M. Hervé fera valoir l'absence d'urgence de la procédure d'expropriation tant que les entreprises n’ont pas répondu et que l’on ne se base que sur des hypothèses d’organisation de chantier. 

 

2. Concernant le recours

M. Hervé refuse de soutenir cette initiative, au motif que cette démarche s'oppose au projet général et donc à l'Etat.

Le Collectif signale que cet argument est inexact et insiste sur le fait que sans la menace d'un recours en contentieux la SGP ne négociera jamais.

 

3. Concernant la passerelle

La SGP, d'après M. Hervé, envisage d'utiliser, peut-être, le terrain appartenant à la municipalité pour stocker les déblais. Le Collectif n'a jamais eu cette information de la part de la SGP.

De plus, cette information ne nous parait pas très claire car la SGP ne précise pas si elle épargnerait la passerelle.  

EN REVANCHE, le Collectif a souligné que si le maire s’oppose à la condamnation de la passerelle par la SGP comme étant un bien municipal nécessaire aux habitants de Bondy, cela permettrait de résoudre le problème. 


4. Concernant la centrale à béton

Rien de nouveau. Il ne faut pas oublier les NUISANCES engendrées par la création d’un deuxième chantier juste en face de la crèche : les enfants de la crèche restent, pour l'instant, en première ligne.

 

5. Concernant les pavillons

La SGP n'envisage pas de renoncer à cet espace, dans tous les cas de figure.

Le Collectif rappelle que les pavillons rue Dolet présentent pour la SGP un intérêt purement spéculatif et que le chantier peut tout à fait se passer de ces terrains du triangle Dolet.

 

6. Concernant le pont

M. Hervé affirme que rien ne peut se faire avant la fin du chantier. Il va demander à la SNCF de le programmer pour la fin des travaux de la SGP soit à l’horizon 2032 ou 2033.

 Le Collectif estime à 3 ans le délai nécessaire pour faire les études pour refaire ce pont. Rien n’empêche de lancer ces études dès maintenant.

Si la décision venait en 2022, nous pourrions espérer un nouveau pont avant l'arrivée du métro en 2030 (si les délais sont respectés, ce qui n'est plus trop envisageable).

 

6. Concernant le recours gracieux :

M. Hervé refuse de le signer au motif que cette démarche s'oppose au projet général et donc à l'Etat.

Or, ce recours, porté par 57 habitants et 9 associations demande essentiellement une amélioration sensible de la menée des travaux au moins sur Bondy. 

Le Collectif signale que cet argument est donc inexact et pense devoir s’orienter vers un recours contentieux si la SGP refuse de faire des concessions.


En conclusion

M.Hervé nous promet de poursuivre le dialogue avec la SGP représentée par Monsieur Bentouta. 

Sachant que leur cahier des charges est top secret, cela nous parait mal engagé.


Nous demandons donc au Maire

 

1. De décréter l'interdiction de la condamnation de la passerelle, seule voie d'accès  pour les piétons aux normes (loi 2005 sur les PMR).

Si la passerelle est supprimée, le quartier sud se retrouvera isolé des autres quartiers de Bondy et sans accès aux commerces et administrations du centre-ville.


2. De demander une table ronde de négociation réunissant la Mairie, la SGP, le Collectif, le Conseil Départemental, Est Ensemble...

 

3. De soutenir activement le projet alternatif présenté par le Collectif, à savoir :

Mise en place d'une bande passante pour évacuer les remblais vers les délaissés sous l'autoroute (sans utiliser la passerelle) ainsi que le déplacement de la centrale à béton qui n'a rien à faire devant une crèche et la sauvegarde des pavillons menacés.

En cas de rencontre avec la SGP nous demandons que M. Fauvel accompagne la municipalité pour présenter et défendre les aspects techniques.

Informations supplémentaires