Si vous ne pouvez pas lire l'article ci-dessous, cliquez ICI .

Voyage au conseil des saules

 Arrivé en retard comme toujours, je tombe sur l'intervention du commissaire de police, j'apprends que Blanqui est à feu et à sang, des hordes de jeunes à moto circulent entre les voitures en flammes. Il n'y a que les crottes de chien qui résistent à tout.

Le commissaire estime normal que des jeunes incendient des voitures, vu qu'on leur a interdit de circuler à moto. S'agirait-il d'une application nouvelle du principe des vases communicants ?
Puisqu'il est plus que temps de s'organiser, on demande au maire-adjoint comment on fait pour le joindre le dimanche en cas d'incident grave. Avec bien du mal nous obtenons une adresse électronique et un numéro de téléphone en mairie (Non, pas le poste 00, c'est le standard, ça doit être le 04 à moins que ça ne soit le 07, si c'est pas une télécopieuse).


130 personnes sont affectées au commissariat pour Bondy et Pavillons, ai-je bien compris que la police arrête les malfaiteurs et que la justice les relâche ?

Les élus se félicitent de l'action du nouveau commissaire, du coup, la police municipale va être recentrée sur des missions de police de proximité quand on aura recruté un vrai chef, il semble qu'en ce moment les personnels soient un peu laissés à eux-mêmes.

 

Les rues et les "cités" de Bondy ayant cédé à la mode de la «baptisation», on a vu quelques moments de flottement, même les gardiennes de Bondy-habitat s'y perdent. Henri Dunant, c'est le 84 ou le 110 Blanqui ? La Sablière, c'est bien la Cité des Saules, derrière Georges Lyssandre ex-HLM Barbusse ?

 

La "cité commerciale" Neuburger est recouverte de feuilles mortes, la société Sepur pourrait voir son contrat dénoncé, il faut sans arrêt la rappeler à l'ordre.


Entre plusieurs cirages de pompe appuyés au maire, on apprend qu'il n'y a qu'un matériel de sono pour les 5 CCQ qui se tiennent le même jour.

D'une part, cette unité de date est une volonté politique pour marquer l'unité de la ville, deuzio, ça coûterait trop cher d'éditer cinq feuilles différentes
avec cinq dates différentes, on a préféré se concentrer sur la couleur violette de la-dite feuille !
Calculez les proportions respectives d'incompétence et de mauvaise foi, vous avez une heure. D'ailleurs, ça n'a pris qu'une fraction de seconde à une participante pour en déduire que les finances de la ville sont au plus mal.

 

Comme on a réuni une chouette bande de chics copains (ou l'inverse ?) on se tutoie en s'appelant par son prénom et nous assistons ébahis à ce que les spécialistes des sports collectifs qualifieraient d'anti-jeu : Laurent passe la parole à Eduardo qui demande son avis à Sabrina qui dégage vers Hassina qui relance vers Laurent et on recommence.

 

Les formalités (bureau, fréquence des réunions du bureau, délégués aux différentes commissions municipales) sont rapidement expédiées mais, bon, c'est bien parce qu'on nous force. C'était si peu prévu qu'il a fallu qu'Eduardo sacrifie une page de son cahier pendant que la dirlote de l'école était allée chercher une feuille blanche dans une classe pour y noter les noms.

 

Pour finir, le président a regretté qu'il n'y ait rien à manger ni à boire, contrairement à ce que son prédécesseur lui avait laissé espérer.

Il nous a engagés à faire mieux la prochaine fois. Il n'a pas été précisé si la prochaine réunion se tiendrait dans un salon de thé.

CANDIDE

Informations supplémentaires