SI VOUS NE POUVEZ PAS LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, CLIQUEZ ICI .

JE  SUIS  VENU,  J’AI  VU,  G20 Q  !

Retenez-moi ou je vais partir ! Retenez-moi ou je vais faire un malheur ! Vous allez voir ce que vous allez voir !

Le " petit bonhomme " aura donc tout essayé pour se faire remarquer au G20. Rien n’y a fait. Le silence assourdissant du président Obama envers Sarkozy a fait lui, grand bruit…

Le mépris par l’ignorance. Et voilà le " petit bonhomme " calmé à Londres.

Et de se dire au fond de lui : " Il a beau être noir l’autre, moi j’ai déjà Bruni, et je peux aller beaucoup plus loin ! Hein ! ". Mais décidément rien n’y a fait.

Sarkozy a été  " black listé " par Obama qui l’a ignoré magistralement.

Nico outragé ! Nico brisé ! Nico martyrisé ! mais Nico libéré !

Et oui ! Si la grande victoire du G20 c’est d’avoir su retenir Sarkozy qui voulait claquer la porte ; son échec c’est bien de l’avoir libéré, et nous le renvoyer.

Nous étions si nombreux à vouloir le céder gratuitement, mais les pays riches n’en veulent pas non plus...

Revenons plus sérieusement sur le dernier G20. Malgré ses cris de victoire, les trois principales racines de la crise financière mondiale, à savoir : absence de régulation, déséquilibres mondiaux, accroissement démesuré des profits, n’ont pas été remis en cause, et la libre circulation des capitaux n’a pas été touchée, conformément au Traité de Lisbonne.  De plus, le G20 redonne la main au FMI et à la Banque Mondiale, pour une réédition de ses Plans d’Ajustements Structurels qui à nouveau lamineront les pays contraints de s'endetter.

L’OCDE a publié une liste de 42 paradis fiscaux dont certains concernent directement l’Union Européenne. Ces paradis fiscaux soigneusement traités dans le T.C.E. qui prévoyait de constitutionnaliser leur existence et leur fonctionnement, en leur accordant des " régimes spéciaux " ! (articles III-156, IV 437 ou IV 440 du TCE).

Ces mêmes dispositions figurent toujours dans l’article 355 du nouveau Traité de Lisbonne.

Donc, pour lutter plus efficacement contre les paradis fiscaux, nous allons devoir commencer par soutenir massivement le NON en Irlande lors du deuxième référendum sur le Traité de Lisbonne, en octobre prochain.

Les Irlandais étant les seuls à pouvoir faire entendre leurs voix par référendum, il faudra donc y rajouter les nôtres !  Sinon tout recommencera comme avant…

Lionel de Cahors

" Vous n’avez pas une petite pièce, SVP ? Non !

Alors un petit billet pour la semaine…"

Informations supplémentaires