Conseil municipal du 18 février 2010

 

Le bilan des conseils de quartier, des jeunes et des sages, les questions de l'opposition et quelques dossiers, dont l'extension de l'ouverture des magasins le dimanche, et même une motion du PS pour défendre l'hôpital... Un Conseil qui aurait pu être riche, donc...

A signaler qu'un habitant, M. Sampaio, a distribué une déclaration aux élus et à l'assistance pour dénoncer le fait que les promesses du cabinet du maire pour son relogement n'ont pas été tenues. Il est aujourd'hui contraint à vivre chez son frère et séparé de ses enfants.


Le bilan des conseils de quartier, des sages et des jeunes

 

Jacques Jakubowicz, adjoint au maire et le pire président de conseil de quartier, a bafouillé un long texte en provoquant l'ennui ostensible même des membres de la majorité municipale. Ce qui a fait dire ensuite à une de ses collègues excédée, Maribé Durgeat, qu'il aurait fallu que chaque bureau présente son propre bilan pour mieux le mettre en valeur. Sylvie Badoux et Dalila Maazaoui ont ensuite présenté le bilan des jeunes et des sages. Que dire sinon que tous ces bilans ne répondent pas à la question essentielle : les Bondynois ne sont pas associés aux décisions de la majorité municipale, et ces conseils ne réduisent pas cet écart. Pourquoi ? Vraisemblablement parce que la majorité municpale ne souhaite pas partager le pouvoir avec les citoyens

 

La salle a le droit à la parole et ce fut intéressant à l'exception de quelques interventions demandées à des adhérents du PS, assez facilement identifiables.

 

Pour Bondy autrement, nous avons dit que la présence des membres des bureaux aux commissions du Conseil municipal prouvait que la démocratie intéressait les citoyens, et devait être étendue. On l'a vu aussi avec les ateliers urbains où le cabinet d’étude a vraiment permis une réflexion commune. Le risque est que la réflexion soit collective mais la décision réservée au maire...

 

On ne nous a pas sollicités pour proposer des membres au conseil des sages (tiens, personne n'a répondu à cette proposition ensuite non plus d'ailleurs…).

 

Il a été dit par la salle que les jeunes ne participaient pas aux conseils de quartier, nous pensons qu'il faut démultiplier les lieux de concertation, tout ne passera pas par les conseils de quartier. Ainsi, la réunion publique sur le BUDGET, qui semble avoir été annulée (pas de réponse non plus à cette question ensuite...), ou encore le fait que la réunion de ce soir sur la démocratie locale a été très peu annoncée.

 

Nous proposons de permettre aux citoyens de bénéficier de l’expertise de la mairie, et d’être associés à tous les projets pour faire bénéficier de leur expertise.


Enfin un cas est symptomatique : rue Jean Lebas, Bondy habitat convoque les habitants de la rue pour discuter des travaux à effectuer dans les immeubles. C'est intéressant, constructif, mais la mairie refait la voirie de la même rue et distribue un papier : personne n'a été consulté... (Le maire répondra qu'il avait présenté le projet à 250 personnes dans une réunion publique... Ce qui confirme qu'il n'a pas consulté les habitants concernés...).

 

Sur les Conseils de Quartier, le cas de Bondy-nord est particulier : il fallait s’y nscrire pour y être invité. Le résultat c’est que ce conseil de quartier se réunit en cachette des habitants, il n'y a d'ailleurs eu que deux réunions en un an. Une candidature d’une adhérente de Bondy autrement a été perdue avant la réunion, puis retrouvée, mais elle n'apparaît toujours pas dans la liste : elle semble avoir été perdue de nouveau… Si à chaque fois que des habitants posent des questions désagréables à la mairie, on ferme le conseil de quartier, on risque de fermer d’autres conseils de quartier. Cette décision de la majorité municipale est grave.

 

Jacques Jakubowicz répondra en répétant : "c'est pas facile la démocratie participative", ce à quoi le maire dira : "ce n'est pas parce que c'est difficile qu'ils ne faut pas se lancer..." C'est vrai qu'ils sont naturellement habitués à éloigner la politique des citoyens et c'en est plus facile...

 

Questions de l’opposition

 

Question de Marcelle Pierron (Bondy autrement)

 

Le nombre de places en crèche est aujourd’hui insuffisant au regard des besoins des Bondynois. Nous avons déjà eu l’occasion de dire à quel point cela peut être discriminant pour dans le cas de foyers monoparentaux, où seule la mère est présente pour s’occuper des enfants. Je voudrais savoir exactement, crèche par crèche, combien de places il y avait en crèche -municipale et départementale- au moment de l’élection du conseil municipal. Combien y en a-t-il maintenant, notamment après le transfert de la Régale? Comment pensez-vous et selon quel calendrier créer les 240 places promises entre le Conseil Général et la ville lors de la campagne des municipales et cantonales?

Hassina Ambolet a répondu (nous mettrons en ligne les informations précises quand nous aurons la transcription de la réponse) en donnant semble-t-il les chiffres que nous demandions. Dont acte.

 

Question de Vincent Duguet (Bondy autrement):

 

Le responsable du service qui s’occupe du traitement des déchets évoque dans le dernier journal municipal REFLETS l'insuffisance de l'information concernant la collecte  sélective.

 

En effet, notre pourcentage de tri est très inférieur à celui d'autres villes, il est 3 ou 4 fois inférieur aux résultats du Raincy  (nous avons d’ailleurs pu constater que dans le collectif, les locaux dédiés au tri sont parfois fermés et les containers inutilisables ou en nombre insuffisant).

 

L’installation de containers ne suffit donc pas apparemment, même sous des formes nouvelles comme ce sera fait prochainement rue Jean Lebas. Qu’est-il possible de faire encore pour améliorer le tri ? La mise en service du centre de méthanisation de Romainville entraînera-t-elle des évolutions nécessaires dans notre façon de trier actuelle ?

 

Nous vous proposons de participer à une mobilisation de tous pour sensibiliser nos concitoyens, en particulier par le biais des associations locales et nous sommes prêts à y prendre notre part.

 

Nous proposons aussi de réfléchir à une réduction des déchets, autour de l’idée de consommer mieux et moins. Dugny par exemple produit 100kg de moins par habitant et par an.

 

Enfin, nous renouvelons notre proposition de mise en place de la redevance spéciale qui permet de prendre en compte des déchets spécifiques, particulièrement industriels, qui aujourd’hui sont soumis à la règle générale.

 

La réponse de Claire Cauchemez, des Verts, est que Bondy autrement se trompe (ou ment) : nous sommes dans la moyenne ! (euh mathématiquement, ça prouve que la moitié des autres villes est au-dessus... C'est ce que nous disons). Aucune proposition nouvelle réelle n'est faite pour développer le tri de façon importante, et notre proposition de contribuer à sensibiliser les citoyens n'est pas reprise. Avec des Verts comme ça, l'écologie risque de ne pas progresser...

 

Question de Damien Monnier (MODEM) :

 

La question portait sur l'absence de permanence de pharmacie le dimanche.

Dalila Maazaoui lit la réponse de la mairie : cela sera étudié dans l'intercommunalité. Au lieu d'aller chez le pharmacien de Domus à Rosny, nous pourrons donc aller à Bagnolet. Voilà qui est rassurant.

 

L'UMP n'avait pas posé de question.

 

Dossiers de conseil  

 

10-5 : PUCE (extension des zones d'ouverture des magasins le dimanche)


Nous avons voté CONTRE. Nous aurions souhaité un débat plus sérieux, même en commission. En effet, plusieurs arguments qui ont été donnés sont faux.

L’argument des marchés forains à Neuburger et De Lattre… S’ils ont lieu en même temps tous les deux, il est à craindre qu’ils ne fonctionnent pas…Le maire répond qu'effectivement cela n'a rien à voir. Tiens, nous avons raison.

L’argument que cela était à destination des commerces de bouche, alors qu’ils sont déjà concernés par la dérogation générale de la loi L3132-3. Le maire répond qu'effectivement cela n'avait rien à voir. Ah, deuxième point où nous avions raison.

L’augmentation du pouvoir d’achat pour les salariés ou du chiffre d’affaires pour les commerçants : faux globalement et de plus en plus faux puisque la généralisation du travail le dimanche rend de plus en plus « normal » le travail du dimanche. Les négociations que les salariés de Conforama avaient obtenues (journée payée double et récupérable) ne seront plus obtenues facilement.

Plus globalement cette démarche aboutit à généraliser la consommation comme loisir, voir comme seul mode de loisir. Cela va à contrecourant de l'aspiration à une vie meilleure, à une qualité de vie.

 

10-8 : Sécu Bondy-nord / jeunes

Nous nous sommes abstenus parce que les travaux prévus sont lancés alors que le projet pégaogique précis n'est pas élaboré !

 

Enfin le PS fait déposer une motion sur les tables, évidemment nous n'en avions rien su avant. Cette motion vise à dénoncer la suppression des gardes en radiologie à Verdier. Le groupe PC refuse de voter le texte qui ne va pas assez loin, comprendra qui pourra quand on voit les boas constrictors qu'ils avalent à longueur de séance. Quant à Bondy autrement, nous votons ce texte en appelant à une mobilisation plus sérieuse pour l'hôpital et en rappelant que le maire s'était montré très rassurant sur la loi Bachelot il y a moins d'un an, en expliquant que la loi Bachelot ne comportait pas de risque pour Verdier (ICI)... Eh oui, tiens, nous avions aussi raison là-dessus. Le maire répond que les choses se sont dégradées vite et récemment. Non, monsieur le maire, il s'agit du regroupement des trois hôpitaux en un pôle et c'est la définition même de la loi Bachelot !

Informations supplémentaires