Conseil Municipal du 23 septembre 2010

 

Où l’on discute d’urbanisme et où le ministre des Affaires (Woerth) fait une apparition surprise…  Où le maire et son adjointe confirment notre révélation sur la volonté de réduire le logement social... En bref quelques mauvaises mesures que les silencieux élus de la majorité municipale auront voté en préférant le confort de la docilité à l’optimisme de la raison…

 

10-1 : Discussion du plan d’aménagement et de développement durable (P.A.D.D.)

Si vous voulez télécharger le document débattu, téléchargez-le en cliquant ICI. Plusieurs élus ont critiqué son langage trop technique, ne soyez pas surpris...

« Bondy autrement » intervient en premier pour se féliciter qu’à Bondy, pour une fois, des habitants ont pu avoir l’occasion de réfléchir réellement à l’invitation de la mairie. Et des informations très intéressantes ont été données.

Quant à la décision, malheureusement, les choses ont suivi leur train habituel : on a ainsi pu entendre le cabinet annoncer que le conseil municipal voulait trois tiers dans l’habitat bondynois : HLM, locatif privé et propriétaire occupant. Evidemment le conseil n’a jamais parlé de ça, mais on comprendra que c’est le souhait personnel du maire. Dans une autre réunion (le 7 septembre pour Michelet), le maire annonce que le prochain PLU, pas encore débattu, ne prévoira pas un immeuble comme la clinique Michelet à cet endroit…

Il y a besoin d’une réflexion partagée : nous l’avons dit sur l’ANRU, cela aurait évité d’expliquer qu’il fallait « dédensifier » et expliquer aujourd’hui qu’il faut « densifier ».

L’étude montre des points fondamentaux que nous avions déjà relevés : conditions d’habitat moins bonnes qu’ailleurs avec un taux de sur-occupation des logements, taux d’échec scolaire plus important qu’ailleurs, « secteurs » totalement oubliés de l’aménagement (comme le Canal de l’Ourcq).

Pour nous, il y a quatre priorités :

- Donner un habitat digne aux Bondynois, avec une variété des offres en terme de tailles, par exemple il y a une forte demande aujourd’hui mais inaudible pour des logements étudiants ou pour des célibataires, mais aussi pour des logements plus grands que la moyenne (L’ANRU ne répond d’ailleurs pas du tout à ça). Nous refusons en revanche la baisse du pourcentage de logements sociaux souhaitée par le maire, d’ailleurs conforme aux souhaits de Sarkozy et à la volonté de faire de l’argent sur l’immobilier.

- Faire la ville ensemble au sens où il faut la décider tous : doit-on faire un « éco-quartier » à De Lattre en allant en voir un à Londres ? C’est ce qu’a fait la majorité municipale… Et si on demandait plutôt aux habitants de décider de leur quartier ?

- Se mixer les uns les autres, et les activités entre elles, pour « faire ville », pas chacun dans son coin, mais avec du lien social. L’idée de mixité sociale a été salie : elle est le paravent de l’élimination des quartiers populaires dont on a peur, ou des immigrés « visibles ». La mixité c’est l’inverse, c’est le fait d’implanter les quartiers HLM, qui peuvent être d’une très grande qualité architecturale, très bien entretenus, etc. dans les zones pavillonnaires. La mixité a d’ailleurs un autre sens : la mixité des activités : afin qu’un lieu soit vivant en journée, la nuit, le week-end, il faut qu’il comporte des activités différentes : magasins, restaurants, école, cabinet médical, habitat, service public.

- Permettre aux quartiers de vivre en redonnant le plaisir de la ville (un lieu de rencontre, de vie, des habitants par quartier, cela peut être une place où il y a une installation municipale, une maison de quartier, avec un jardin public, la terrasse d’un café : c’est ce que les habitants de la SEMIDEP avaient élaboré avec la transformation de la rue Jean Moulin en passage piéton, aire de jeux, etc. C’est ce qu’on aurait pu construire aux 3F ou à Bondy Habitat en redisposant la Poste et la Maison de quartier mais la « Rénovation urbaine » s’est décidée sans cette réflexion ni les habitants).

Patrick Sollier (Les Verts) refuse les consignes du Schéma Directeur Régional d’Ile-de-France (SDRIF) qui impliquent de construire 300 logements nouveaux par an à Bondy, il déclare « on ne peut pas construire un nombre x de logements » (c’est pourtant le principe même d’un schéma directeur…). Il s’oppose aussi aux hauteurs prévues, jusqu’à 8 étages le long de la RN3.

Maribé Durgeat (Les Verts) trouve le PADD trop technique, la population en est tenue à l’écart, elle demande aussi à la mairie d’être plus pédagogique pour en faire comprendre les enjeux.

Claire Cauchemez (Les Verts) évoque l’énergie et les gaz à effets de serre en demandant qu’on passe à l’habitat positif et producteur d’énergie.

Laurent Quinet (PS) demande qu’on ne formule pas la « hauteur » ou la « densification » comme des dangers mais comme des opportunités. Il répond aux Verts qu’à Montreuil, où la maire est Verte, le PADD prévoit des hauteurs supérieures à celle de Bondy.

Philippe Gauthier (Les Verts) propose qu’on développe d’autres modes de transports, une « éco-mobilité » pour se déplacer en silence et sans pollution. Pour lui il faut réduire la place de la voiture dans la ville (nous verrons ensuite qu’il n’y croit pas vraiment, ni ses collègues...)

Jacques Jakubowicz (PC) est aussi réservé sur les 300 logements supplémentaires par an, il refuse qu’on réponde ainsi à la demande obligatoire du gouvernement (euh, le SDRIF n’a rien à voir avec le gouvernement, c’est la Région, qui l’a élaboré, c’est-à-dire le PC, le PS et les Verts…). Mais il trouve une contradiction dans le fait qu’on dise maintenir le logement social en faisant que 20% désormais (évidemment puisque le but est de le réduire, comme nous l’avons dénoncé…).

Sylvine Thomassin (PS) trouve « émouvant de voir les Bondynois travailler sur l’avenir de la ville, dans les ateliers urbains » (« émouvant » ou « minimum démocratique » ?) Elle confirme ce que nous avons révélé : l’objectif de réduire le logement social à 30% …

Sylvie Badoux (app.-PC) s'inquiète après l’intervention de Laurent Quinet et demande une ville à taille humaine, en considérant qu’un immeuble de 40 mètres, « ça fait beaucoup, pour moi ».

Gilbert Roger, le maire, dit partager l'objectif de Sylvine Thomassin de 30% de logement sociaux minimum (d'autant que c'est son objectif à lui...). Concernant De Lattre, il retient : « on n’a pas assez expliqué aux habitant de De Lattre ce qu’était un éco-quartier », bah oui, not’ bon maître, c’est que nous les habitants on a la comprenette un peu dure. Reste l’idée que les citoyens décident de leur ville : on n’aurait pas besoin de leur expliquer ce qu’on décide sans eux…Sa remarque avait peut-être été inspirée de celle de Woerth répondant sur France 2 juste avant le conseil municipal aux millions d’opposants à sa réforme des retraites : « on doit continuer à expliquer ». Et si le problème, messieurs, était justement qu’on avait bien compris ?

Georgia Vincent (UMP) intervient pour se plaindre que les ateliers urbains ont eu lieu en journée, donc à une heure difficile pour des salariés. Elle demande que l’écologie ne devienne pas une pensée unique imposée à tout propos, et concernant la place de la voiture, déclare que des efforts existent pour une voiture propre, par exemple. Mais on verra que la majorité municipale est assez d’accord pour ne pas appliquer les principes écologistes dans les faits…

 

 

10-4 : Aménagement du tableau des effectifs

ABSTENTION comme toujours sur ce type de dossiers puisque nous attendons un débat sur la politique municipale à l’égard du personnel.

 

10-9, 10-10, 10-11, 10-12 : Subventions aux associations

Nous avons POUR mais demandons que la commission se réunisse pour les entendre, pas tant d’ailleurs pour exercer un contrôle tatillon que pour s’intéresser à ce qui se fait.

 

10-13 : Accueil d’une délégation palestinienne

POUR mais des échanges entre les deux populations de Bondy et d’El Ram

 

10-16 : Voirie nouvelle est-ouest au milieu de la cité De Lattre

Voici ce que nous avons dit le 30 juin 2010 (10-35 : concertation pour l’ouverture d’une rue à De Lattre

Ce rapport propose la tenue d'une réunion qui a déjà était annoncée ! C'est dire que le conseil  municipal ne sert à rien. Le maire avait répondu que la concertation a bien lieu puisque "le projet a déjà été annoncé aux habitants en novembre dernier" (voilà qui confirme exactement ce que nous dénonçons...).

Gilbert Roger confirme d’ailleurs devant « ses » élus (que cela ne dérange visiblement pas) qu’effectivement informer et faire décider ce n’est pas la même chose, lui, il informe.

Nous votons CONTRE de nouveau ce projet qui consiste à faire passer plus de voiture, et particulièrement au cœur de cet éco-quartier. Tous les autres votent POUR, comme quoi on peut vouloir réduire la  place de la voiture et la développer quand même.

 

10-21 : RD10 (rue Jules Guesde), travaux de voirie coût de 277.000 € pour la ville et 2.300.000 pour le 93

Nous votons POUR mais nous sommes contre le principe du paiement par la collectivité de l’enfouissement des réseaux des entreprises.

 

10-22 : Cession du Prieuré à Saint-Benoilt du Sault.

Nous rappelons ce que nous avions dit le 22 octobre 2009 (09-22 : Vente de St Benoîlt du Sault).

Même si nous sommes tout à fait conscients de l’évolution nécessaire des centres de vacances, nous sommes CONTRE la vente de ce patrimoine des Bondynois pour un euro symbolique. En faisant cela, la ville s’appauvrit. Comment dire que c’est un lieu « magnifique » en le vendant à un euro symbolique ? C’est un gâchis pour l’argent qui a été investi par la ville pendant des années. Quand on voit le nombre d’enfants de Bondy qui ne partent pas en vacances, c’est attristant. Quels sont les projets à terme ? Se fournir à des prestataires de service privés, à des organismes  comme Léo Lagrange ?

On peut encore se demander à quoi sert le Conseil municipal puisque le journal La Nouvelle République annonçait la décision dans son édition du 9 avril 2009 ! (et que des travaux auraient lieu en octobre, c’est-à-dire maintenant…) A-t-on affaire à des journalistes devins ? Ou bien le Conseil municipal est-il encore mis devant le fait accompli ?

 

10-27 Déplacement du marché du jeudi après-midi de la gare vers Neuburger pendant les travaux

Ce type de marché prévoit 60% pour des commerces de bouche et 40% pour des vêtements. Il semble que les proportions sont inversées. Le changement d’emplacement devrait permettre de faire le point et de rectifier si nécessaire. Nous avons voté POUR cependant parce que les marchés par principe peuvent jouer un rôle essentiel dans les centralités de quartier, comme nous l’avons expliqué sur l’urbanisme.

 

10-29 : Conteneurs enterrés dans la rue Jean Lebas

Le cabinet Indigo embauché par la mairie évoque « quelques » problèmes de cette option : « la collecte en local intérieur est aujourd’hui satisfaisante et des locaux de stockage des OE existent ; traversée de la rue Jean Lebas pour 125 locataires (13 % de la population de la rue) ; augmentation de la distance pour déposer les ordures (de 3 à 30 m) ; pas de lien avec les circulations piétonnes vers les parkings ; dispositif pertinent si étendu à l’ensemble du quartier Bondy Nord ». En revanche nous étions intervenus pour le tri sélectif sans être entendus et ce mauvais projet est validé… Au regard du rapport du cabinet Indigo, nous votons CONTRE.

Le maire répond à nos arguments en se plaignant que les gens sont sales, ne jettent pas tous leur poubelle correctement, etc. Ah, ma bonne dame, c’est bien vrai, les gens sont des cochons… Il ajoute que d’ailleurs les habitants de la rue Jean Lebas se garent sur les trottoirs qui viennent d’être finis (mais, monsieur le maire, qui a eu l’idée de faire 30 places de parking pour 300 familles ? ! Voilà le genre d'âneries qu'on aurait évitées en consultant les habitants...).

Informations supplémentaires