Réponse de Mme la maire

En plein cœur de l’été, bonne nouvelle : la maire nous écrit ! Pour elle qui refuse même de saluer les conseillers municipaux indépendants, c’est un sacré progrès. En même temps vous verrez que ce n’est pas très sympathique : elle relève quelques erreurs dans notre compte rendu du dernier conseil municipal. Erreurs qui ne sont dus qu'au manque d'informations dans lequel est maintenu le conseil municipal.


Sur le premier point soulevé, c’est-à-dire sur les indemnités votées à la 17ème adjointe (élection que nous avons fait annuler deux fois par le Tribunal Administratif), nous apprenons que l’élue n’a jamais touché les indemnités votées… Voilà qui est troublant : les élus savaient-ils donc que leur vote était illégal ?!

Pourquoi aurait-elle été la seule maire-adjointe à ne pas recevoir les 2570 €/mois alors que la mairie a fait appel deux fois en conseil d'Etat ? Depuis, ce 17ème adjoint a été annulé par la démission sacrifice d'Ali Zahi et la maire a reconnu son erreur (en en rejetant la faute aux services de la préfecture qui l'auraient mal conseillée). Alors pourquoi les deux coûteuses procédures d'appel ne sont-elles pas abandonnées ?...


La situation est tellement confuse que nous avions remis en main propre à la maire un courrier exigeant de connaître le montant total des indemnités reçues par chaque élu de sa majorité. Mme Thomassin préfère nous accuser de commettre des erreurs alors que nous attendons ses réponses depuis le 3 avril 2012.


Nous publions ce « droit de réponse » avec plaisir : nous les publions tous.

A l'exception de certains passages concernant l'élue de la majorité Mme Fatou Meite.

Alors que les défections dans sa majorité se multiplient et que le climat est de plus en plus délétère, la maire devrait tenir des propos plus respectueux sur ses élus. Nous ne serons pas complices de ses attaques personnelles qui ne participent pas à la dignité de la fonction, déjà bien mise à mal par les procès perdus (et ceux à venir !)...

Nous avons transmis le texte intégral de Mme Thomassin à Fatou Meite.

 


Au directeur de la publication, droit de réponse de Sylvine THOMASSIN- Maire de Bondy

A publier sur votre blog – Bondy le 23 juillet 2012

Je vous demande de bien vouloir publier ce droit de réponse afin de pouvoir rectifier les nombreuses erreurs et approximations qui figurent sur votre blog.

Délibération 12- 2 : élection d’un adjoint

En effet dans votre article consacré au compte rendu du Conseil municipal du 5 juillet 2012, vous écrivez « M. Ali Zahi, a dû démissionner de son poste de 6ème adjoint pour que Mme Tekkouk ne perde pas ses 2570 €/mois d’indemnités. »

Madame Tekkouk n'a perçu AUCUNE indemnité de maire adjointe, je vous remercie de bien vouloir rectifier votre article en ce sens. Je vous en fais d’ailleurs parvenir la preuve en vous adressant par courriel le certificat du Trésor Public qui confirmera mes propos. Je vous demanderai ainsi de bien vouloir le publier lorsqu’il vous parviendra. Je suis certaine que vous saurez l’accompagner du mot d’excuses qui s’impose à vous.

Inutile de préciser que ce qui dégoute les gens (comme vous l'écrivez) ce sont avant tout les mensonges et les calomnies.

Délibération 12-3 – indemnités des adjoints et conseillers municipaux

Je vous cite « Chaque mois la maire (sans parler de ses autres indemnités de vice-présidente du Conseil général ») : je souhaite rappeler que je suis Conseillère générale de la Seine st Denis et non Vice-présidente du Conseil général et donc je ne perçois pas les indemnités que vous évoquez.

Je vous demande également de bien vouloir rectifier l'intitulé de la délégation qu'avait Fatou Meite qui concerne la coopération décentralisée.

Délibération 12-13 et 12-14 – Coopération décentralisée Bondy/Al Ram

Je vous cite de nouveau « Fatou Meite (qui était chargée des relations internationales avant que la maire ne lui supprime sa mission) demande ce qu’il en est de la création d’un centre de santé à El Ram. »

Merci de bien vouloir rectifier de nouveau la délégation de cette Conseillère municipale qui n’a jamais été chargée des relations internationales et de rectifier aussi le titre de la délibération qui ne concerne pas un centre de santé mais un centre socioculturel. A trop vouloir donner de leçons, les élus de Bondy autrement semblent eux aussi très peu au courant des dossiers qui sont soumis au vote du Conseil municipal.

Mme Fatou Meite n'a jamais posé de question concernant la Palestine et le projet visé par la délibération comme vous l'indiquez mais un projet concernant le Cameroun. Madame la maire a donc demandé à Fatou Meite d'intervenir sur le sujet concernant cette délibération et non de poser de questions sans rapport avec le dossier voté.

Délibération 12-31 - Maîtrise d’oeuvre rue de la Liberté : approbation de l’avenant n°1 au marché

11VOIEPA07

Vous indiquez dans votre compte rendu que si la municipalité avait consulté les riverains de la rue de la liberté avant l'appel d'offre nous n'aurions pas eu besoin de passer un avenant. Merci beaucoup pour vos leçons de démocratie mais voyez-vous il se trouve que précisément sur ce projet les riverains ont été consultés à plusieurs reprises lors de réunions de concertation. Le projet a ainsi pu évoluer en fonction de leurs remarques. A toutes fins utiles, je tiens à disposition les dates des quatre réunions publiques qui ont eu lieu sur place et en Mairie avec les riverains.

Sylvine THOMASSIN

Maire de Bondy

Conseillère générale de la Seine-Saint-Denis

 

Informations supplémentaires