Conseil municipal du 25 octobre 2012

Une quinzaine d’élus absents, la maire a cru que le conseil ne pourrait pas se tenir. C’est peut-être ce vide, ou les déconvenues judicaires, qui ont apaisé madame Thomassin : la maire a été plus calme, et n’a lancé aucune attaque personnelle. Pourvu que ça dure.

Ce n’est pas pour autant qu’elle a répondu aux questions posées, comme vous pourrez le constater.

 

12 – 2 Modification des tarifs communaux pour le secteur Voirie

Hakim Kadri intervient pour Bondy autrement et rappelle que le 10 mai 2012, nous avions demandé le coût réel de chaque activité (musique, théâtre, sport, etc.) afin d’évaluer quelle est la participation de la commune et la participation des familles. Nous n’avons toujours pas de réponse.

Madame Thomassin répond que les services y travaillent…

12 – 3 Attribution d´une subvention à l´association Villes des Musiques du monde

Hakim Kadri remarque qu’il s’agit de subventionner un concert qui a déjà eu lieu. Pensons à l’organisateur qui doit avancer l’argent, ce type de délai peut nuire aux initiatives.

 

Madame Thomassin explique que les organisateurs n’étaient pas inquiets mais qu’il ne faut pas faire comme ça effectivement, « c’est ce que j’ai rappelé à l’administration » ajoute-t-elle. Ca leur fera plaisir.

 

12 – 5 Prise en charge des frais de procédure de monsieur Maurice PARTOUCHE contre le syndicat FO de la mairie (appelée « protection fonctionnelle »).

Vincent Duguet intervient pour Bondy autrement et rappelle qu’une semaine plus tôt, il y a eu un procès opposant la mairie au syndicat SUD.

Il est temps que la mairie arrête d’attaquer les syndicats, surtout qu’à entendre les réquisitions du procureur, on peut se demander si toutes ces plaintes sont justifiées.

On pourrait citer l’affaire dramatique de notre collègue Nadir Kitatni, totalement relaxé des plaintes portées contre lui par des élus de la majorité municipale, mais qui a subi 53 heures de garde à vue !

Les frais de procédure ne peuvent pas être pris en charge par la ville et provoquer une judiciarisation extrême comme cela semble devenir le cas de la part de la mairie.

Ce n’est pas une façon de régler les problèmes.

 

Nadir Kitatni, de « Bondy démocratie », prend la parole et rappelle que la protection fonctionnelle relève du prince : ni lui ni Fatou Meite ne l’ont obtenue alors qu’ils l’avaient demandée. Lors de la réponse de madame Thomassin mettant en doute qu’il ait été menacé, Nadir rappellera qu’il a –tout de même- été frappé par un employé municipal.

Madame Thomassin répond à Nadir que sa demande était… incomplète ! Certes elle ajoute qu’il a bien complété un dossier mais pas assez, quant à Fatou Meite, elle n’aurait pas complété son dossier… (La loi n’évoque aucun dossier, faudra-t-il aller au tribunal pour obtenir encore ce droit ? NdlR). « Ma position de principe, ajoute madame Thomassin, c’est d’accorder la protection fonctionnelle à ceux qui la demandent » (mais si le dossier est « complet »…).

En contradiction avec la phrase précédente, elle conclura pour dire qu’effectivement il ne faut pas l’accorder systématiquement et qu’effectivement elle a demandé à l’administration de voir comme circonscrire les demandes…

 

Trois votes CONTRE : Bondy autrement et Nadir Kitatni

Tout le reste en POUR (PS, UMP, PC et Verts).

 

12– 6 Approbation de la procédure de modification du Plan Local d´Urbanisme

 

Nos deux élus interviendront successivement pour dénoncer une procédure de consultation minimale, comme d’habitude. Et rappeler qu’il est temps y compris dans les modes de décision, que les citoyens soient une composante obligatoire des choix démocratiques. N’était-ce pas une proposition du candidat Montebourg ?

 

D’autre part, nous avons posé une question : la procédure de modification du PLU peut-elle porter sur d’autres secteurs que le secteur des Salins, le quartier De Lattre de Tassigny, le secteur Gallieni/Pasteur ?

 

Madame Thomassin s’étonne : « il faudra m’expliquer ce qu’est une bonne concertation », et ajoute « il y a eu de l’information, donc de la concertation » et conclut : « on retravaille quand les habitants n’ont pas compris ». Sans commentaire.

 

Nous votons CONTRE.

 

12 – 7 Autorisation accordée à la Maire de signer pour les travaux d´aménagement de l´avenue Léon Blum, du Square Jean Lebas, du Jardin de la Noue et du passage sous A3

 

Nous votons POUR.

 

12 – 8 Approbation de la convention partenariale de traitement du stationnement abusif et d´enlèvement des véhicules épaves à Bondy

 

Nous votons POUR.

 

 

12 – 9 Création de la voie est-ouest du quartier De Lattre de Tassigny : signature du protocole d´accord foncier entre Bondy Habitat et la Ville de Bondy

Nous avons dénoncé depuis le début l’ouverture de cette circulation automobile au cœur de l’habitat. Est-ce un éco-quartier ? ou un auto-quartier ?

Vincent Duguet rappelle que l’ouverture de rue pour traverser les quartiers est une revendication ancienne du ministère de l’intérieur pour quadriller les quartiers en cas d’émeutes.

Cela rejoint la notion de « désenclavement » des pontes de la Rénovation urbaine qui avaient développé l’idée qu’en ouvrant des rues on ferait sortir les habitants trop « renfermés » dans leur « zone », mais il n’est pas prouvé que les gens qui voient passer beaucoup de voitures aient l’esprit plus ouvert…

 

Madame Thomassin répondra sur la Rénovation urbaine. En voici quelques extraits.

« Les bâtiments qu’on a démolis avaient fait leur temps » (La démolition se discute mais cette phrase est mensongère : sinon pourquoi avoir maintenu les autres qui ont été faits en même temps ?)

« Les habitants qui habitaient dans ces bâtiments avaient le droit de vivre mieux, ils étaient légitimement inquiets » (Certes, tout le monde a toujours le droit de vivre mieux… Mais pourquoi la mairie a-t-elle été confrontée à des mobilisations de ces mêmes habitants contre les démolitions ? Et a dû en annuler certaines ? Inquiets de quoi ? Que les immeubles tombent tout seuls ? Les 3.000 logements faits sur le même modèle vont-ils donc tomber ? Est-ce le rôle d’une maire de créer des peurs infondées?)

« Ils attendent des petits immeubles à taille humaine, pas vivre dans une barre » (Ah, le mot « barre », il est en soi déjà si caricatural… Les Parisiens qui vivent en immeuble, parfois de taille « surhumaine », veulent-ils habiter un pavillon à Bondy ? Les habitants de la Tour Dunant, le plus haut immeuble de Bondy, veulent-ils déménager à Michelet qui ne fait que 5 étages ? Evidemment non. La question de la taille ne se pose pas seule, l’architecture du bâtiment, l’espace dont on dispose, l’isolation, les infrastructures autour, les transports... Mais il est vrai qu’il est plus rapide d’opposer les « humains » aux « barres » pour ceux qui sont un peu « enclavés » dans leur tête).

 

12 – 10 Dénomination de la rue des Frères Darty

 

Nos deux élus interviennent sur ce projet : Est-ce pour remercier officiellement la politique sociale des frères Darty : tirer les prix des fournisseurs et faire travailler les salariés le dimanche ? Pourquoi ne pas nommer la piscine Mac Donald ?

 

Nous avions soumis la proposition du nom de Mohamed Bouazizi, considéré comme l’initiateur des révolutions arabes.

C’est l’occasion pour nous de vous demander ce qu’il en est de l’hypothèse d’un départ du siège Darty de Bondy à la fin de l'année.

 

Jacques Jakubowicz (PC) s’étonne que l’on ait demandé à la famille Darty en décembre 2010 sans que les élus même en soient informés (C’est son étonnement qui est étonnant : nous savons depuis longtemps que la « démocratie » municipale est à la démocratie ce que la musique militaire est à la musique… D’ailleurs n’est-ce pas le même M. Jakubowicz qui a refusé de réunir son conseil de quartier pendant un an parce que les habitants n’étaient pas assez dociles !?)

 

Madame Thomassin nous répond qu’elle a rencontré le directeur il y a une quinzaine de jours et qu’il a « furieusement » (sic) envie de rester malgré des locaux trop petits.

9 votes CONTRE (Bondy autrement, Nadir Kitatni, Maribé Durgeat d’EELV, le PC)

Claire Cauchemez (EELV) s’abstient.

Le PS, les Verts et l’UMP votent POUR.

 

12-13 : Passerelle Cadéras

Si nous sommes favorables à l’installation d’ascenseurs sur cette passerelle, nous demandons quel sera l’entretien et la rapidité d’intervention en cas de panne. Nous sommes également soucieux de la surveillance des installations.

 

Madame Thomassin répondra que c’est quand même du « surréalisme » de ne pas installer d’ascenseurs parce qu’on craint qu’ils tombent en panne. (Là on se dit qu’elle entend mal… Et on ne voit pas le rapport avec le surréalisme…).

 

Ce qui ne nous a pas empêchés de voter POUR.

 

Question orale de Hakim Kadri, du groupe Bondy autrement, sur le projet éducatif de la ville de Bondy.

 

Le projet éducatif définit les objectifs de l'action éducative des employé-e-s qui assurent la direction ou l'animation des accueils collectifs de mineurs.
 
Ces objectifs sont formulés à partir des finalités, des valeurs, des choix liés à l'analyse des besoins du territoire que souhaite promouvoir l'organisateur : la ville de Bondy.
 
Madame la Maire, pouvez-vous nous indiquer la nature et la date de rédaction de celui que vous avez présenté aux équipes pédagogiques et aux administrations compétentes ?
Comptez-vous retravailler ce document ?

 

Si c’était le cas, à l’occasion de mes congés, j’ai pu visiter différents lieux, et j’en reviens avec plusieurs attentes et questions :

 

·         favoriser l’autonomie,

·         travailler à la réussite scolaire,

·         développer l’attention à la santé (alimentation, sport),

·         aider à faire travailler ensemble les différentes portions de la jeunesse (jeunes instruits ou sans diplôme, des pavillons ou des cités, etc.)

·         réfléchir à la place de la jeunesse dans les différents lieux : bibliothèque, cinéma, conservatoire

·         ne pas développer la simple consommation de loisirs

·         favoriser les échanges intercommunaux (jeunes en vacances dans les centres de Montreuil, etc.)

·        aider au financement du BAFA, même si le jeune n’est pas embauché par la ville.

·         remettre en place le temps de préparation des séjours.

 

Vous semble-t-il possible de mettre ces problématiques dans le projet éducatif ?

 


La maire répondra longuement, en donnant tous les chiffres disponibles sur la fréquentation de la bibliothèque, cinéma, conservatoire, etc. Intéressant mais hors-sujet.

Elle oubliera de préciser que le projet éducatif date de 2001, qu’il n’a pas été revu depuis, et qu’il semble d’ailleurs peu connu… C’était pourtant l’une des questions.

Sur nos propositions, elle dit qu’elle en tiendra compte.

Informations supplémentaires