Alors que les lycéens et les professeurs se sont rendus au rectorat de Créteil lundi 10 mars 2014, ils ont d'abord trouvé porte close. Ce n'est pas faute d'être venus nombreux encore une fois, comme en témoignent les photos...

Mais il faut croire que le gouvernement a plus de facilité à lâcher des milliards pour le patronat que pour les jeunes. On n'a pas les mêmes valeurs...

 

Un premier groupe d'élèves est arrivé à 10h00, les autres ont pris les transports en commun... 1h15 pour finalement... ne pas être reçus. Les différents gouvernements ont au moins une constante : leur mépris pour les besoins sociaux et ceux qui les expriment.

C'est au bout de deux heures et demie que le rectorat a cédé, après que les lycéens ont bloqué les deux entrées au bâtiment empêchant aussi les employés d'aller déjeuner. Si l'on voulait convaincre les jeunes qu'il n'y a que le rapport de forces qui fonctionne, c'est fait.

La réponse a été simple : il n'y a pas de réponse. Pas de date même où une réponse pourrait être donnée.

Visiblement, Monsieur Peillon n'est pas ému par le mouvement calme et massif qui a lieu à Jean Renoir. C'est donc vers les autres établissements que les élèves et les profs vont se tourner maintenant : mobiliser tous les établissements de la ville, voilà qui fera peut-être bouger ce pouvoir.

Et mardi 11 mars, les parents d'élèves FCPE invitent tous les parents à ne pas envoyer leurs enfants à l'école.

L'éducation coûte cher ? Essayez l'ignorance... 

Informations supplémentaires