Aucun dialogue entre la direction et les salariés

 Nos conditions de travail se dégradent de jours en jours

 

De nouveaux changements en notre défaveur nous parviennent tous les mois par notes de service jointes à nos bulletins de salaire.

 

  • Refus de l'employeur de poser des récupérations avant ou après les congés payés.

  • Diminution du salaire de base avec l'instauration d'une prime différentielle et complément individuel.

  • Les vacations supplémentaires effectuées après le 20 de chaque mois ne seront payées que le mois suivant.

  • Les sujétions de dimanche seront payées le mois suivant.

  • Les modalités concernant le délai de prévenance pour les échanges de jours entre salariés sont désormais de 15 jours de prévenance.

 

Les conditions de travail se dégradent

 

  • Un aide-soignant de nuit pour 36 patients (plusieurs patients lours), manque de matériel

  • Les aides-soignantes se retrouvent à 2 au lieu de 3 pour prendre en charge 36 patients.

  • Diminution des salaires des vacataires sans les prévenir, conséquence : les vacataires annulent leurs vacations, et les aides-soignantes se retrouvent à 2 au lieu de 3 pour prendre en charge 36 patients.

 

Manque de personnel – Démission de 3 médecins

 

  • Manque de kinésithérapeutes depuis plusieurs mois

  • Démission de l'assistante sociale

  • Démission de la psychologue

  • Démission de la secrétaire médicale, non remplacée à ce jour

  • Refus de la Direction de reclasser notre colègue aide-soignante qui est dans l'établissement depuis 15 ans (seule proposition de reclassement dans le Sud). Un poste est vacant. Pourquoi ne pas lui proposer et l'accompagner d'une froamtion, comme le code du travail le prévoit ?

  • La Direction ne respecte pas pour certains salariés la convention colective pour le 1/10ème des congés payés.

  • Des salariés subissent des pertes de salaires compte tenu d'une prise en charge défaillante par la Prévoyance. Cette défaillance est anxiogène et conduit à des situations de présentéisme alors même que le salariés devrait être arrêtés pour raison de santé.

 

Les syndicats CGT et SUD de la clinique Ambroise Paré appellent les salariés à deux jours de grève lundi 11 et mardi 12 juillet 2016

Informations supplémentaires