Facture : retour sur la chronologie

Vous avez été nombreux à souhaiter des précisions sur notre article d'hier. En voici. Et, avec vous,  nous continuerons.

Suite à la réception d’informations troublantes données par des citoyens, Bondy autrement a décidé de vérifier les comptes d’un service municipal, le SMJ.

Dès le 11 janvier 2012 nous avons demandé à avoir accès à la comptabilité de ce service afin d’avoir une vision claire des prestations et de leur coûts sur les années 2010 et 2011.

A force d’insister nous obtenons de pouvoir consulter les pièces comptables le 9 février dans une salle de la mairie réservée aux seuls élus. Simples citoyens, rentrez chez vous.

Vincent Duguet s’y colle et découvre rapidement que des factures manquent, celles justement qui nous intéressent : notamment une d’environ 10 000 €.

Elle aurait été « égarée, c’est regrettable mais sur le nombre total de factures traitées c’est évidemment exceptionnel mais cela arrive », et un « duplicata va vous être fourni », nous assure la direction générale des services.

Plus étrange, elle aurait été mandatée puis acquittée mais nous n’en retrouvons aucune trace dans la comptabilité de notre commune.

Ce duplicata se laisse toutefois désirer. Il ne faudra pas moins de quatre relances (12, 15 17 et 24 février) pour enfin l’obtenir le 28 février.

Il est accompagné d’un « comparatif des tarifs qui a conduit le SMJ à privilégier le partenariat avec le CE Air France » censé démontrer que le choix du prestataire à qui le SMJ a acheté ces billets, le comité d’établissement Air France exploitation, était le plus judicieux car il aurait fait économiser 8836 €.

 

Il convient maintenant de préciser que le maire-adjoint en charge de la jeunesse, Mounir Matili, est également secrétaire de ce Comité d'établissement à Air France.

Mélange des genres, conflit d’intérêts ?

Absolument pas, nous répond-on placidement.

La ville de Bondy aurait-elle profité des tarifs attractifs dont bénéficient les travailleurs d’Air France, un peu à leur détriment et un peu illégalement ?

Contre toute attente, l’analyse minutieuse de ce comparatif démontre tout le contraire. Certains tarifs de ce tableau comparatif sont supérieurs au tarif public, d’autres sont ceux de l’année 2012 alors que les sorties ont eu lieu 2011.

Et pour l’économie annoncée elle se transforme en un surcoût de + 672 €.

Et enfin, ce tableau présenté comme un « DOCUMENT RÉALISÉ PAR L’ÉQUIPE COORDINATION ALSH [Activités Loisirs Sans Hébergement] DU SERVICE MUNICIPAL DE LA JEUNESSE » a été réalisé par l’ordinateur… du CE Air France Exploitation.

Malgré tout, les responsables du SMJ, rencontrés le 16 mars, maintiennent leurs affirmations douteuses devant nos deux élus.

Devant tant d’irrégularités et de questions qui restent sans réponses, Bondy autrement a demandé à rencontrer la maire.

Nul doute qu’elle nous recevra rapidement et fera toute la lumière sur cette affaire. Mais pour l’instant elle n’a pas répondu.

Informations supplémentaires