La folie des prix de l’immobilier n’est pas une fatalité. Plafonner les loyers, limiter les résidences secondaires, interdire la spéculation… Des solutions sont portées, de Bayonne à Berlin, par des citoyens décidés à ne plus subir.

 

Jamais les prix de l’immobilier n’ont été aussi élevés en France. Malgré la crise du Covid, l’envolée des prix à l’achat continue : +11 % pour une maison et +7,3 % pour un appartement en seulement une année. Et les loyers suivent la même trajectoire. Tout particulièrement dans les zones touristiques, où la chasse aux résidences secondaires et l’emprise d’Airbnb aggravent la pénurie de logements.

Conséquence, le nombre de sans-abri a triplé en vingt ans, alors même que 117 000 logements restent inoccupés à Paris, 36 000 à Marseille, 24 000 à Lyon. Il devient de plus en plus difficile d’acheter sans avoir soi-même hérité et l’inégalité de richesse s’accroît entre les Français qui peuvent emprunter des sommes toujours plus importantes pour devenir propriétaires et ceux qui n’en ont pas les moyens.

Face à ce fléau, les initiatives se multiplient. En Bretagne et au Pays basque, on lutte contre la mainmise du logement touristique au détriment des résidences principales. À Berlin, un référendum vient d’entériner l’expropriation des grands groupes financiers ayant fait main basse sur une partie des logements de la capitale allemande.

Cliquez sur l'image suivante pour entendre le podcast : 

https://basta.media/podcast-speculation-immobiliere-logement-airbnb

Informations supplémentaires